Théâtre des Capucins

Darwin

Thierry Debroux

Mardi 17 février 2009 à 20h
Jeudi 19 février 2009 à 20h
Vendredi 27 février 2009 à 20h
Samedi 28 février 2009 à 20h
Lundi 2 mars 2009 à 18h30
Mercredi 4 mars à 20h
Adultes 20 €, Jeunes 8 €

Drôle de titre pour une pièce de théâtre que celui de Darwin... Cela peut surprendre, effrayer ou même étonner, un titre « vêtu » du nom d'un homme de sciences. Que va-t-on nous livrer comme message ? Valérie Bodson relèvera le défi artistique de restituer le message de cette pièce à résonnance scientifique !
En 2009, la communauté scientifique commémorera les 200 ans de la naissance de Darwin, belle occasion pour nous, de nous pencher sur «
ce miracle » qu'est l'apparition de la vie sur terre.

FR
Sally, professeur à l'université, se trouve face à un dilemme; un de ses élèves lui oppose un refus de travail sur Darwin. Sally est menacée de renvoi si elle n'accepte pas d'enseigner le créationnisme comme s'il s'agissait d'une théorie scientifique... Se pose alors la question : Comment enseigner les sciences dans une société pluriculturelle sans heurter les croyances ?

» Thierry Debroux part d'un débat très vif aux États-Unis : doit-on, au sein de l'université, enseigner également la théorie de Darwin et le créationnisme ? Peut-on accorder le même intérêt à une théorie scientifique et à une croyance religieuse ? Selon un sondage CBS : 55% des Américains pensent que Dieu a crée l'homme dans sa forme actuelle, sans passage intermédiaire par l'état de poisson ou de singe. 65% des Américains sont favorables à l'enseignement à part égale des deux théories ; enfin, 37% d'entre eux, prônent le remplacement de l'évolutionnisme de Darwin contre le créationnisme. Sur un sujet grave, cette pièce, parfois très drôle, articule histoires graves et paradoxes scientifiques, questions théoriques et problèmes quotidiens. Et puis, subitement, on frôle le drame, Tennessee William n'est pas loin ! Alors, tout l'univers se réduirait-il à un peu de chimie, un peu de physique ? Même l'amour ? Et si toute rencontre entre deux atomes, deux êtres, deux idées ou encore deux souvenirs n'était que pure coïncidence ? Pour nous guider cette pensée d'Hugo Von Hofmannsthal : « Il faut dissimuler la profondeur à la surface ». Valérie Bodson

» Ma vie est sans cesse traversée de hasards, de signes, d'invitations à pousser des portes. Darwin est parti d'une conversation que j'avais eue avec un professeur de sciences confronté à un de ses élèves : « Monsieur je ne peux pas croire ce que vous me dites, lui avait-il dit, mon professeur de religion - en l'occurrence musulmane - dit le contraire. » Cela m'avait interpellé. Au même moment aux États-Unis le darwinisme était au coeur de la polémique. Thierry Debroux

Mise en scène Valérie Bodson Décor Diane Heirend Costumes Katharina Polheim Avec e.a. Caty Baccega, Fred Bodson, Joël Delsaut, Roger Francel, Emmanuel Leforgeur, Élisabeth Chuffart Production Théâtre des Capucins