Théâtre des Capucins

Les deux jumeaux

Carlo Goldoni

Mercredi 11 mars 2009 à 20h
Vendredi 13 mars 2009 à 20h
Samedi 14 mars 2009 à 20h
Lundi 16 mars 2009 à 20h
Lundi 23 mars 2009 à 20h
Mardi 24 mars 2009 à 18h30
Mercredi 25 mars 2009 à 20h
Adultes 20 €, Jeunes 8 €

Chaque saison, Marc Olinger nous donne à découvrir un auteur dramatique, une époque de l'histoire du théâtre ou une adaptation ; son habit de comédien cède la place au fauteuil du metteur en scène. Ses choix s'articulent autour de deux envies : tout d'abord, l'envie de retrouver une créativité nouvelle et actuelle et cela, même sur des oeuvres plus anciennes destinées à intéresser les jeunes et les moins jeunes, puis, l'envie de « redéfinir » son rapport au texte de théâtre, texte qui est toujours un « pré-texte » à la ballade scénographique... Après, La Peste de Camus, savamment adaptée et mise en scène, plus récemment, Tueur sans gages de Ionesco ou Six personnages en quête d'auteur de Pirandello, c'est vers Carlo Goldoni que Marc Olinger revient pour cette saison. En 2001, il avait monté Le Menteur, cette année, il s'aventure sur le terrain de la gémellité dont il tirera tout le nectar de la Comédie.

FR
De Plaute à Shakespeare, les quiproquos suscités par la ressemblance ont fourni partout et toujours un inépuisable filon aux intrigues théâtrales. Goldoni renouvelle le vieux thème en opposant la ressemblance du physique à la diversité des caractères, l'un des jumeaux étant gai, brillant, agréable, l'autre grossier et maussade.
Un - ou plutôt - deux rôles en or pour un comédien - de talent (!), qui doit être tantôt homme du monde riant, brillant, vif, tantôt prendre l'air, les traits, les propos d'un niais, d'un balourd. Egoïsme, corruption, maladresses, connivences douteuses, tout est prétexte à créer une tragi-comédie haute en couleurs, menée tambour battant selon l'habitude de Goldoni.
Jouée pour la première fois en 1747 à Paris, puis reprise en 1748 à Venise, elle remportera un triomphe retentissant. Après son succès vénitien, la pièce est jouée dès 1751 à Vienne et commence une carrière européenne les années suivantes. Du reste, Goldoni est resté en Italie, après Pirandello, l'écrivain de théâtre dont les pièces réunissent le plus de public.
Goldoni a durablement transformé la comédie italienne : il a su garder le dynamisme de la Commedia dell'arte en l'associant à la comédie d'intrigue et en recherchant un certain réalisme dans la représentation des comportements. Les personnages qu'il crée ne sont ni des abstractions vertueuses, ni des monstres immoraux, mais des représentants ordinaires du peuple et de la bourgeoisie. Ce regard amusé et moqueur sur les classes sociales fait encore aujourd'hui le charme de ses comédies.

Mise en scène Marc Olinger Décor Christoph Rasche Costumes Ulli Kremer Distribution e.a. Jean-Marc Barthélemy, Jacques Paquer, Claudine Pelletier, Hervé Sogne, Emmanuel Leforgeur, Bernard Varin Production Théâtre des Capucins