Grand Théâtre - Arrière-scène

Oh les beaux jours

Samuel Beckett - Robert Wilson - Adriana Asti
Première mondiale

Mercredi 24 septembre 2008 à 20h
Vendredi 26 septembre 2008 à 20h
Adultes 20 €, Jeunes 8 €

En 2004, Robert Wilson crée et présente en première mondiale au Grand Théâtre Two Lips and Dancers and Space avec le Nederlands Dans Theater III, un spectacle d'une force esthétique et émotionnelle sans pareil. Décrit comme « une figure majeure dans le monde du théâtre expérimental » par le New York Times, Robert Wilson n'a cessé d'enflammer les publics du globe entier avec ses productions uniques, empreintes d'étrangeté et où les repères habituels semblent abolis, mais se fondent toujours en un ensemble parfaitement unifié. Jamais pourtant l'artiste pionnier n'avait abordé l'oeuvre de Samuel Beckett.

» On dit tout. Tout ce qu'on peut. Et pas un mot de vrai nulle part. Extrait de Oh les beaux jours

FR
Enfoncée jusqu'au torse dans un mamelon terreux qui semble l'absorber petit à petit, Winnie vaque à ses occupations. Elle se sent légère et feint d'ignorer son enlisement. Avec l'innocence gracieuse qu'est la sienne, elle prie, se prépare, discourt, fredonne, se plaint, se remémore ses petits malheurs, s'adresse à son Willie de mari, qui lui répond quand l'envie l'en prend, fait l'inventaire de son sac et de ses objets familiers. Ses mots, entrecoupés de silences, sont autant de témoignages de son humour féroce, et confèrent à cette pièce tout son charme revigorant et en font, contrairement aux apparences, une belle leçon de vie.
Samuel Beckett commence l'écriture de Happy Days en 1960. La pièce est publiée en 1961 à New York. Traduite en français par l'auteur en 1962, elle est publiée en 1963 aux éditions de Minuit. En octobre 1963, Madeleine Renaud crée Oh les beaux jours à Venise, puis à Paris.
La carrière théâtrale d'Adriana Asti, commencée en 1951 dans la Compagnia del Carrozzone de Fantasio Piccoli, est parallèle à celle que lui vaut sa voix chaude et moelleuse dans le doublage de vedettes hollywoodiennes. Visconti lui donne son premier rôle cinématographique dans Rocco et ses frères en 1960; suivent des apparitions dans Accattone (P. P. Pasolini, 1961) et Le Désordre (F. Brusati, 1962). En 1964, elle interprète la troublante tante du jeune protagoniste de Prima della rivoluzione (B. Bertolucci, 1964). Elle sait créer des personnages ambigus comme dans Le Fantôme de la liberté (L. Buñuel, 1974) ou même dans Caligula (T. Brass, 1980). Dans les années 1990, on la retrouve au générique de films tels que Una vita non violenta (D. Emmer, 1999), mais aussi dans différentes productions françaises comme Le Cri de la soie (Y. Marciano, 1996), Mange ta soupe (M. Amalric, 1997) ou Nag la bombe (J.-L. Milesi, 1999).

Mise en scène, scénographie et concept lumières Robert Wilson Costumes Jacques Reynaud Dramaturgie Ellen Hammer Lumières A.J. Weissbard Assistant à la mise en scène Christoph Schletz Avec Adriana Asti et Yann De Graval Coproduction Change Performing Arts (Italie), Grand Théâtre de Luxembourg In collaboration with Spoleto52 Festival dei 2 Mondi