Théâtre des Capucins

Stop the Tempo!

Gianina Carbunariu

Vendredi 21 novembre 2008 à 20h
Samedi 22 novembre 2008 à 20h
Dimanche 23 novembre 2008 à 17h
Adultes 20 €, Jeunes 8 €

Paulo Correia a souvent foulé les planches de théâtre luxembourgeoises à l'occasion de créations que le Théâtre des Capucins partage avec le Théâtre National de Nice ; on se souvient notamment de Faces la saison dernière, mis en scène par Daniel Benoin, de ce célèbre Bagne de Jean Genet dans une mise en scène de Antoine Bourseiller. Finalement, Paulo Correia revient cette saison en metteur en scène, choisissant une auteure roumaine, Gianina Carbunariu, de la fibre de Rodrigo Garcia; Paulo Correia s'intéresse lui aussi à ces auteurs qui observent les fluctuations du postcommunisme.

FR
À l'heure où il faut être beau et riche, surfer sur le net, s'envoyer en l'air, danser sur de la techno et vendre de l'espace publicitaire, Maria, Paula et Rolando ont loupé le coche. La première se tue au travail pour des parents « accros » au télé-achat et collectionne les aventures tristounettes avec des salauds mariés. La seconde, homosexuelle et publicitaire, traverse un sérieux passage à vide. Quant au troisième, DJ de son état, il vient d'être quitté par sa petite amie qui lui préfère un rival plus en vogue. Trois solitudes qui se croisent dans une boîte de nuit...
Trois personnages donc. Un homme et deux femmes attendent dans une discothèque quelqu'un ou quelque chose qui ne vient pas, pathétiques et risibles, enlisés dans le ratage de leurs vies ordinaires, ils vont s'unir sans se connaître, sans vraiment se plaire, sans vraiment se comprendre et presque par hasard, inventer une nouvelle forme de terrorisme, un jeu qui deviendra comme une drogue : faire sauter les plombs de toutes les boîtes de nuit, supermarchés, théâtres de la ville, et plus si affinités... Débrancher... Faire disjoncter... Arrêter le rythme d'un monde qui s'emballe... Qui ne laisse pas de place à l'humain... Le plonger dans le noir... Créer la panique... Suspendre le tempo d'une société « accro » à la consommation compulsive et jouir de la confusion. Permettre, le temps d'une coupure de courant, que le chaos originel reprenne sa place. Intense, drôle, insolent, Stop the tempo ! nous jette dans une course effrénée, un road-movie sur l'effarement devant la « crétinisation » collective contre laquelle les personnages décident d'entrer en résistance.

» C'est la première pièce d'une jeune auteure roumaine à l'écriture coup de poing qui dénonce la dérive d'une nouvelle génération. Ses personnages refusent les repères trop évidents d'une société qui nous incite à consommer le prêt-à-penser. C'est un texte sur la Roumanie d'aujourd'hui, sur le « comment faire après que les repères aient été bouleversés », mais c'est aussi une peinture au vitriol de notre société, car comme l'écrivait le poète Torga : « L'univers c'est le local sans les murs », et c'est bien d'un mal universel dont nous parle Stop the tempo ! Paulo Correia

Mise en scène Paulo Correia Scénographie Jean-Pierre Laporte Conception images Benoit Galera Traduit du roumain par Gabriel Marian et Diaana Cilan Avec Gaële Boghossian, Valérie Bodson, Fabrice Pierre Coproduction Théâtre National de Nice, Théâtre des Capucins