Théâtre des Capucins

Vienne 1913

Alain Didier-Weill

Mardi 3 mars 2009 à 20h
Durée 1h40
Adultes 20 €, Jeunes 8 €

Le Théâtre des Capucins accueille chaque année des spectacles en tournée. Cette saison, Vienne 1913 et Nekrassov programmés l'un et l'autre en mars sont de la veine de ces spectacles qui suscitent une curiosité dépassant la simple attente du divertissement. En appui sur des époques ou des faits historiques, certains auteurs tissent des histoires qui interpellent, éveillent et favorisent un théâtre de réflexion, surtout pour les jeunes générations. Alain Didier-Weil est docteur en médecine, neuropsychiatre et auteur de nombreux articles et ouvrages de psychanalyse. Mais il est aussi auteur de théâtre, ses pièces sont publiées et jouées en France et à l'étranger.

» J'ai écrit Vienne 1913 sous le coup d'un « trouble » vis-à-vis de cette courte période, 1910-1913, juste avant la 1ère Guerre Mondiale, pendant laquelle se nouent à Vienne quelques-uns des fils qui vont se révéler déterminants : on assiste en effet à la première grande scission de l'histoire du milieu analytique, celle entre Freud et Jung. Alain Didier-Weill

FR
Un jeune homme pauvre, loqueteux, qui survit misérablement dans un asile, étudie le dessin à l'école des Beaux-Arts de Vienne. Il a pour seul compagnon un chien errant, à l'égal des jeunes clochards que nous croisons aujourd'hui dans les rues parisiennes. Ce garçon, vient de fêter ses vingt ans, rencontre un jeune homme, brillant, beau, héritier de la célèbre aristocratie viennoise qui s'étourdit de valses et de luxe. Pièce composée comme un rhapsodie-opéra où le personnage principal est une ville prise à un moment historique d'une de ses apogées artistiques et culturelles. Comme un choeur, cette ville bouillonne, s'y côtoient le pire (le jeune Hitler) et le meilleur (l'artiste Klimt et le psychanalyste Freud). En pleine scission entre Freud se propagent certaines « idées », celles d'un certain Wagner...

» Le récit est servi par une mise en scène étonnante avec un orchestre d'acteurs, deux chanteuses lyriques et un musicien jouant sur des verres de cristal, se métamorphosant en chacun des personnages de l'histoire. Et l'on découvre comment Adolf va sombrer peu à peu dans la paranoïa. Le Parisien

» La pièce d'Alain Didier-Weill, [...] fait vivre près de 20 personnages à Vienne juste avant la 1ère guerre mondiale, et avant la plongée dans le nazisme. Sans expliquer le basculement dans le mal, la pièce mise en scène par Jean-Luc Paliès dissèque les mécanismes qui permettent à une idéologie meurtrière de s'installer. L'ensemble fonctionne comme un choeur aux multiples résonnances et correspondances. La Terrasse

Mise en scène Jean-Luc Paliès Avec Miguel-Ange Sarmiento, Philippe Beheydt, Jean-Luc Paliès, Bagheera Poulin, Alain Guillo, Jean-Pierre Hutinet, Katia Dimitrova, Claudine Fiévet, Pascal Parsat, Isabelle Starkier, Katia Dimitrova Création musiques Jean-Claude Chapuis Chanteuses et musiciennes Magali Paliès, Stéphanie Boré, Yana Boukoff, Séverine Maquaire Production Compagnie Influenscènes Coproduction Fontenay-en-Scènes Coréalisateurs Espace Rachi - Théâtres des Halles