Grand Théâtre - Studio

Le balcon

Jean Genet

[fr] Créée en 1987, donc 2 ans après l'ouverture du Théâtre des Capucins avec les moyens de l'époque, la pièce de Genet permettra - nous l'espérons - d'illustrer le chemin parcouru par le théâtre au Luxembourg et témoignera également de la collaboration entre les Théâtres de la Ville.

Jean Genet, né en 1910 à Paris, s'inscrit dans la lignée des poètes maudits que furent Villon, Verlaine et Rimbaud. Il passa une grande partie de sa jeunesse en prison: c'est là qu'il commença à écrire ses premières oeuvres. Mais contrairement aux poètes précités, Genet n'a jamais exprimé le moindre remords ou regret sur la conduite de sa vie ni sur son séjour au bagne. Il a accepté sa situation d'exclu de notre société, bien plus il se fait un malin plaisir à envenimer sa position en pénétrant toujours plus loin dans le mal. Son oeuvre sera une glorification du mal et de tout ce qui aux yeux de la société paraît abject.
Son acharnement de donner à fond dans la perversion et l'abjection lui a valu une condamnation retentissante et du mépris de la part d'un grand nombre de critiques et de lecteurs, mais aussi l'approbation de défenseurs farouches comme Cocteau et Sartre, qui lui a consacré l'étude la plus importante.
Le Grand Balcon est une maison close : ce simple énoncé suffit à révéler le statut paradoxal du lieu. Coupé du monde, mais prêt pour une exhibition glorieuse, le bordel est, par définition et destination, une zone réservée. Et Genet a accentué son caractère d'exception en la plaçant à l'épicentre d'une révolution dont les échos parviennent amortis à travers des murs capitonnés et des fenêtres calfeutrées. L'isolement du lieu lui confère un pouvoir d'attraction : c'est au Grand Balcon que les représentants de toutes les autorités se retrouvent, du chef de la police à l'envoyé du Palais-Royal et à Roger, un des meneurs de la révolte. Le bordel traverse la tempête comme un vaisseau insubmersible.
Le Balcon est basé sur la cérémonie qui permet aux faibles de s'identifier avec les héros de leurs rêves. Ce besoin d'identification se confond en plus dans Le Balcon avec des obsessions sexuelles ; (ainsi le général « chevauche » une belle fille).

Jeudi 4 février 2010 à 20h00
Lundi 8 février 2010 à 20h00
Mardi 9 février 2010 à 18h30
Mercredi 10 février 2010 à 20h00
Jeudi 11 février 2010 à 20h00
Vendredi 12 février 2010 à 20h00
Adultes 20 € / Jeunes 8 €

Mise en scène Marc Olinger - Décor Christoph Rasche - Costumes Ulli Kremer
Avec e.a. Caty Baccega, Valérie Bodson, Philippe Noesen, Jacques Paquer, Claudine Pelletier
Production Théâtre des Capucins



Avis spectateurs | Zuschauer-Meinungen
Pas encore de contributions | Noch keine Beiträge Écrire un commentaire | Kommentar schreiben