Grand Théâtre - Studio

Lorenzaccio

Alfred de Musset (1810-1857)

[fr] Après Le canard sauvage d'Ibsen la saison dernière - spectacle qui a rencontré un succès retentissant auprès du public et de la presse, Yves Beaunesne nous revient avec Lorenzaccio, le chef-d'oeuvre incontesté d'Alfred de Musset, qui nous parle de notre époque et de nos doutes, de toute une génération qui aspire à donner un sens à son destin. Entre cynisme et idéalisme, débauche et héroïsme, Lorenzaccio est une réflexion amère et cruelle sur la vanité de toute action humaine et la désespérance de l'action politique.

Florence au temps des Médicis. Lorenzo, jeune cousin du duc régnant Alexandre de Médicis, personnage bouffon et lâche, médite en secret l'assassinat de ce dernier. Espérant à travers cette action libérer sa patrie du joug du tyran et porter les républicains au pouvoir, Lorenzo s'insinue dans les bonnes grâces du tyran en devenant son compagnon de débauche, renonçant ainsi petit à petit à son honneur et à sa réputation.

Tentative désespérée de changer le cours de l'histoire ? Ou oeuvre d'un individu d'exception, désireux de laisser son nom à la postérité ? Sous le masque de ce personnage « glissant comme une anguille », double de Brutus l'Ancien comme de Hamlet, se laisse entrevoir le moi déchiré de l'auteur Alfred de Musset.

» La mise en scène d'Yves Beaunesne est limpide et d'une grande fluidité. Sa direction d'acteurs aussi. Mathieu Genêt est un Lorenzaccio tragique et moderne, sombre, écorché vif, presque gothique. Il porte avec naturel toute l'ambiguïté du personnage, à la fois horrifié et attendri par Alexandre. La jeunesse du duc, tyran odieusement sympathique, campé avec brio par Thomas Condemine, rend plus naturelle leur relation homosexuelle sous-jacente dans le texte de Musset. Océane Mozas est une marquise de Cibo digne et émouvante, en nationaliste naïve et courtisane éconduite. Jean-Claude Jay est parfait en vieux briscard républician velléitaire...  Les beaux costumes russes XIXe de Patrice Cauchetier renforcent l'atmosphère de décadence et de complot. Les Echos

» Des acteurs au ton juste, à la diction irréprochable, avec une gestuelle mesurée dans une mise en scène conceptualisée et sensible à la fois. Un beau spectacle au total pour un public ravi. Resmusica

Mercredi 20 janvier 2010 à 20h00
Jeudi 21 janvier 2010 à 20h00
Adultes 20 € / Jeunes 8 €

Mise en scène Yves Beaunesne - Adaptation et collaboration artistique Marion Bernède - Scénographie Damien Caille-Perret - Costumes Patrice Cauchetier - Lumières Joël Hourbeigt - Travail sur la marionnette Cyril Bourgois - Son Jean-Damien Ratel - Maquillages Catherine Saint-Sever
Distribution Evelyne Istria, Océane Mozas, Jean-Claude Jay, Mathieu Genêt, Philippe Faure, Thomas Condemine, Elsa Chausson, Simon Drahonnet, Samuel Seynave
Co-producteurs Cie de la chose incertaine Yves Beaunesne - En résidence à L'apostrophe Scène Nationale de Cergy-Pontoise, Théâtre de la Place à Liège, Opéra de Dijon, Grand Théâtre de Luxembourg, Théâtre du Beauvaisis - Avec le soutien de DRAC Ile de France, Département du Val de Marne, Département du Val d'Oise, Jeune Théâtre National, Centre des Arts scéniques de Bruxelles



Avis spectateurs | Zuschauer-Meinungen
Pas encore de contributions | Noch keine Beiträge Écrire un commentaire | Kommentar schreiben