GRAND THÉÂTRE | GRANDE SALLE

COSÌ FAN TUTTE

WOLFGANG AMADEUS MOZART (1756-1791)

OPERA BOUFFA EN DEUX ACTES / LIVRET DE LORENZO DA PONTE
CRÉÉ LE 20 JANVIER 1790 AU BURGTHEATER DE VIENNE
EN ITALIEN, AVEC SURTITRES EN FRANÇAIS ET ALLEMAND

[FR] Tout commence par un défi, par un pari : Don Alfonso prétend que « così fan tutte » - qu'« ainsi elles font toutes » -, qu'aucune femme ne reste fidèle à ses serments amoureux. Ferrando et Guglielmo refusent d'accepter pareil constat cynique et parient que leurs deux belles, Fiordiligi et Dorabella, leur resteront fidèles ! Jeunes gens présomptueux, quel risque avez-vous pris là ! Certes, tout finira bien. Vraiment ?

Le livret de cet opéra, dû à Lorenzo Da Ponte, est délicatement subtil dans sa façon de faire apparaître sous les développements souriants de la comédie des vérités humaines douloureuses. Si l'on rit de cette bonne plaisanterie bien menée dans ses subterfuges et ses déguisements, le cœur se serre aussi.

Mais surtout, au-delà de l'intrigue, l'essentiel est dans la musique de Mozart. C'est elle en fait, et non les mots, qui nous parle, qui nous touche et qui nous émeut. Così fan tutte est un de ces opéras où elle est extrêmement nuancée dans l'expression des intermittences des cœurs et des âmes. Comme il est à la fois joyeux, exalté, ému, douloureux, cruel, ironique, déchiré, désespéré, moqueur le chant de ses interprètes. Comme il est beau.

Abbas Kiarostami, le cinéaste iranien, Palme d'or au Festival de Cannes 1997 pour Le Goût de la cerise, a précieusement installé sa mise en scène dans un 18ème siècle somptueusement reconstitué ; une reconstitution que magnifient les lumières de Jean Kalman (certains se souviendront de son rôle important dans le récent Mort à Venise de Benjamin Britten). Et, mais cela doit rester une surprise, Abbas Kiarostami étonnera les spectateurs en ouvrant, grâce à son talent de cinéaste, le plateau du Grand Théâtre sur un horizon nouveau, enchanteur.

» Le cinéaste iranien a le bon goût de jouer à fond la dimension méditerranéenne d'un récit qui se passe à Naples. La projection en fond de scène de paysages filmés crée une ambiance magique:
bleu du ciel et de la mer, ocre des montagnes. Entre douceur et majesté, cette vision prolonge l'hédonisme de l'instant […].
Serge Martin, Le Soir

» Comme le goût du fruit dans le chef-d'oeuvre cinématographique de Kiarostami, la saveur de la musique, dans l'opéra de Mozart, restitue à l'existence son suc infiniment précieux et délectable.
Gilles Macassard, Télérama

» Partant de l'idée que ce forban d'Alfonso est à la fois philosophe et psychanalyste, professions dont « la tâche ne consiste pas à faire du bien mais à faire progresser » (Rousset), et qu'accepter un diagnostic, même inquiétant, permettra « de se soigner et de sauver sa vie » (Kiarostami), les maîtres d'œuvre ont donné de cette « école des amants » une lecture à la fois humaniste et séduisante, inscrite dans un visuel irrésistible... [...] Tout y respire la beauté, l'insouciance, l'aisance, la liberté.
Martine D. Mergeay, La Libre Belgique

DIRECTION MUSICALE Andreas Spering
MISE EN SCÈNE Abbas Kiarostami
COLLABORATRICE À LA MISE EN SCÈNE Emmanuelle Bastet
ADAPTATION DES DÉCORS ET COSTUMES Malika Chauveau
LUMIÈRE Jean Kalman
DRAMATURGE, INTERPRÈTE Massoumeh Lahidji

FIORDILIGI Sofia Soloviy
DORABELLA Sophie Harmsen
DESPINA Judith van Wanroij
FERRANDO Joël Prieto
GUGLIELMO Edwin Crossley-Mercer
DON ALFONSO William Shimell

CHŒUR du Festival d'Aix-en-Provence
ORCHESTRE Capella Augustina

PRODUCTION 2008 Festival d'Aix-en-Provence
COPRODUCTION English National Opera, Grand Théâtre de Luxembourg

Mardi 5 OCTOBRE 2010 à 20h00 (tickets)
Jeudi 7 OCTOBRE 2010 à 20h00 (tickets)
Samedi 9 OCTOBRE 2010 à 20h00 (tickets)
Kulturpass, bienvenue!

DURÉE 3h00 & entracte

Introduction à l'opéra
par Monsieur Jérôme Wigny
une 1/2 heure avant chaque représentation (en français)

Adultes 65 €, 40 €, 25 € / Jeunes 8 €




Luxembourg Festival
 

[DE] Immer dieses Misstrauen! Don Alfonso ist nicht davon abzubringen, dass "così fan tutte", dass sie "alle es so machen". Vor allem die Frauen. Keine einzige, behauptet der alte Philosoph, wird ihrem Geliebten treu bleiben wenn sich nur die richtige Gelegenheit ergibt. Ferrando und Gugliemo sind angesichts einer solch zynischen Behauptung fassungslos. Für ihre beiden Schönen, Fiordiligi und Dorabella, da sind sie absolut sicher, gilt das in keinem Fall. Aber die beiden sind noch sehr jung, und ehe sie sich versehen, hat Don Alfonsos Spiel bereits begonnen. Wie wird es ausgehen?

Das Libretto von Lorenzo da Ponte ist ein Musterbeispiel psychologischer Tiefenbohrung. Im unbeschwerten Habitus der Komödie legt der Text die schmerzlichsten Wahrheiten frei. Über uns selbst. Während wir über das heitere Intrigenspiel auf der Bühne lachen, zieht sich unser Herz zusammen.

Der eigentliche Kern der Oper liegt natürlich jenseits aller Worte, jenseits aller Listen und Verstellungen: In der Musik Wolfgang Amadeus Mozarts. Überreich an feinsinnigen Ausdrucksmitteln und subtilen Zwischentönen ist sie gleichermaßen harmonisch wie zerrissen, hoffnungsvoll wie desillusionierend, und dabei immer von überwältigender Schönheit …

Der iranische Filmemacher Abbas Kiarostami hat 1997 für Le Goût de la cerise in Cannes die Goldene Palme verliehen bekommen. Zusammen mit Chloé Obolenski (Bühne und Kostüme) und Jean Kalman (Licht) lässt er in seiner Inszenierung die ganze Pracht des 18. Jahrhunderts wiedererstehen. Die Bühne des Grand Théâtre wird dabei zum Projektionsraum zauberhafter Bilder an der Schnittstelle von Film und Theater.

» Abbas Kiarostami [lässt] mit der für seine Filme typischen Mischung aus philosophischer Distanz und Klarheit, die die Erschütterungen und Gefühlsverwüstungen hinter dem vermeintlich heiteren Verwechslungsspiel hervortreten. […] Es ist eine leise Dialektik, deren Humor manchmal noch die kleinsten Gesten der beiden Liebespaare erfasst. […] Vor der Weite der riesigen Bucht erscheinen die menschlichen Irrungen und Wirrungen keineswegs klein oder gar albern. Im Gegenteil, das Meer nimmt die Leidenschaften auf und wirft sie in Schönheit zurück.
Die Zeit

[EN] One of the three Mozart operas for which Lorenzo Da Ponte wrote the libretto, Così fan tutte is often viewed as dark and ambiguous. Indeed, its theme of female fickleness was considered risqué during the more conservative periods of the 19th and early 20th centuries. But Mozart wrote the music at the height of his powers and it is aptly witty and stirringly sentimental. The production is directed by Iranian film maker Abbas Kiarostami, whose Le Goût de la cerise won the Palme d'Or at Cannes in 1997.




Avis spectateurs | Zuschauer-Meinungen
2 avis | 2 Meinungen

Les opinions ci-dessous sont sous la responsabilité des auteurs et ne réflètent nullement l'avis de la Direction des Théâtres.
Die folgenden Kommentare sind unter der Verantwortung der Autoren und geben in keinem Fall die Auffassung der Theater-Direktion wieder.


Écrire un commentaire | Kommentar schreiben
Eiden Home Email
Cosi fan tutte
Es ist mir ein Bedürfniss zum Ausdruck zu bringen wie sehr mir die Aufführung am 09.10.2010 gefallen hat. Ein hoffentlich nicht einmaliges Erlebniss. Es ist eine absolute Wohltat, dass ein solches Stück sängerisch so brilliant und in klassischer Umgebung zu erleben. Ich persönlich habe es sehr genossen, dass die Protagonisten in schönen Kostümen und in hervorragend inszenierter Umgebung agierten. Danke für einen wunderschönen Abend.
Date | Datum: 14/10/2010 10:03
IP: 84.166.110.132
Signaler un message | Beitrag melden


Tim C. Email
Cosi Fan Tutte
Je ne saurais que me réjouir du commentaire précédent qui résume si succinctement une soirée éblouissante avec des chanteurs de calibre international totalement impliqués dans leur rôles qui ont eu l’heur d’être joués dans un décor splendide, inventif, imaginatif et parfaitement accessible. Le Théâtre de Luxembourg a fait une très belle entame pour sa saison 2010 – 2011.
Félicitations à tous.
Date | Datum: 19/10/2010 10:42
IP: 86.202.218.55
Signaler un message | Beitrag melden

Pages | Seiten: [1]