Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#69 FAIR PLAY

Un spectacle de Patrice Thibaud avec Philippe Leygnac

[FR] Après Jungles et Cocorico, le voilà de retour, l'irrésistible duo composé de Patrice Thibaud et de Philippe Leygnac.

Patrice Thibaud, le grand, le chef, celui qui sait tout, le mime, à qui il suffit d'un geste, d'une grimace, d'une attitude pour multiplier les métamorphoses les plus improbables, des plus animalières aux plus humaines. Philippe Leygnac, le petit, le souffre-douleur, celui qui prend des gifles et des coups de pied au…, l'homme-caoutchouc capable de s'installer tranquillement dans une valise «de cabine» ou d'escalader sans effort la face nord d'un piano, l'homme-orchestre symphonique aussi.

Cette fois, avec Fair Play, c'est le sport qui les a inspirés! Mais la médaille d'or à laquelle ils aspirent, c'est celle que leur vaudra le rire en retour de leurs spectateurs, tous âges confondus.

Le plateau du Théâtre des Capucins va devenir stade olympique! Patrice Thibaud va multiplier les performances, ces pathétiques efforts qui visent au sublime. Échauffements, abdos fessiers et courses à pied. Vélo, gym, haltérophilie et sports de combat, d'entretien, de mise à mort parfois. La scène sera ring, piste cyclable, tapis d'entraînement, terrain de foot. Le comédien-mime s'intéresse au mental en acier du sportif, à son acharnement chevalin ou à la grâce du mouvement d'un corps qui transcende ses (in)capacités naturelles.

Si Tati et Chaplin l'ont inspiré, il prétend, en athlète théâtral, et conformément à la devise olympique, aller citius, altius, fortius, aller plus vite, plus haut, plus fort! Philippe Leygnac, lui, assurera la bande-son, aussi diverse qu'inattendue, indispensable à pareils exploits.

Fair Play, c'est un regard drôle et décalé sur le sport et sa mentalité. Un hommage caustique, une succession de tableaux évoquant tendrement, poétiquement, certains ridicules humains liés à certains rêves de gloire. Et c'est dans une cascade de rires que le spectateur en arrive à s'interroger: pourquoi ce besoin de se surpasser, de repousser ses limites, d'être le meilleur? Pourquoi disputer une épreuve, un match, vouloir battre un record, comme si sa vie en dépendait?

» Thibaud et Leygnac ne disent rien, mais ils font voir - et en une fraction de seconde. […] Ces sports, dont nous sommes le plus souvent les spectateurs assis que les acteurs en mouvement, ils nous les rendent aussi visibles-tangibles que si nous étions au stade ou devant notre poste de télévision. Et ce qui multiplie rires et sourires, c'est évidemment l'effet catalogue, encyclopédique de tout cela : en un peu plus d'une heure, ils y « passent » tous, de la montagne de muscles au champion suffisant, de l'apprenti maladroit à l'entraînement proxénète. […] Ce qui ajoute également au plaisir, c'est l'effet duo : Thibaud et Leygnac, l' « enveloppé » (Thibaud joue des multiples couches de ses « abdominaux ») et le maigre, le maître et son souffre-douleur. Et aussi le fait que si Thibaud est le corps-orchestre, Leygnac, avec trompette, piano et percussions en tous genres est l'homme-orchestre. Il nous prouve aussi qu'un piano trois-quarts queue peut être un mur d'escalade. » Luxemburger Wort

» Avec son complice Philippe Leygnac, Patrice Thibaud fait face au public comme le sportif à la tribune. L'Est Eclair

» Prodigieusement drôle, pétri d'humanité tendre et de poésie. Patrice Thibaud s'impose en maître avec un registre et une inspiration sans limites. Le JDD

» Tati dégénéré? Keaton ressuscité? Django Edwards halluciné? Ni les uns ni les autres, mais tout ça à la fois… Télérama

» La poésie et la tendresse sont au rendez-vous. Patrice Thibaud a l'art des ruptures, de l'enchaînement inattendu, de la répétition saugrenue. Et ce qui prouve la réussite du duo, ce sont les réactions instantanées du public, [...] qui va de surprise en surprise, de rire en rire. [...] Quels beaux rires que ceux de la joie partagée! Luxemburger Wort

Avec
Patrice Thibaud
Philippe Leygnac

Musique Philippe Leygnac
Lumières Charlotte Dubail
Costumes Isabelle Beaudouin

Coproduction Grégoire Furrer et Productions Illimitées, La Comète - Scène Nationale de Châlons-en-Champagne, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Scène Nationale de l'Oise en préfiguration - Espace Jean Legendre, Théâtre de Compiègne

 Lundi 13 MAI 2013 à 20h00 (tickets)
Mardi 14 MAI 2013 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 1h20 (pas d'entracte)

Adultes 20 € / Jeunes 8 €

Lieu: Théâtre des Capucins

[TICKETS]2013-05-13 20:00:00 13422+2013-05-14 20:00:00 13425