#11 AURÉLIEN BORY & KAORI ITO

Plexus
Pièce d'Aurélien Bory pour Kaori Ito

[FR] D'un côté, il y a le monde d'Aurélien Bory, que les spectateurs du Grand Théâtre ont pu découvrir en 2005 avec sa Cie 111 et une pièce, à nulle autre comparable, Plus ou moins l'infini, à la mécanique vertigineuse et à la géométrie redoutable. Aurélien Bory nous avait alors confrontés à un «théâtre physique», singulier et hybride, à la croisée du théâtre, du cirque, de la danse, des arts visuels et de la musique.

De l'autre côté, il y a Kaori Ito, qui nous a envoûtés en 2012 avec Island of no Memories. Danseuse à la présence incandescente, elle a mis son talent au service de créateurs comme Preljocaj, Decouflé, Thiérrée ou Platel. Sa danse tend à une forme de fusion où se mêlent la culture millénaire de son Japon natal et le spectacle de l'Europe d'aujourd'hui.

La rencontre entre ces deux créateurs a donné naissance à un dialogue fécond, entre le dedans et le dehors, entre le corps et l'intellect, entre l'ici et l'ailleurs. Elle a été un choc qui a fait jaillir de superbes étincelles.

Au cours de cette saison, Aurélien Bory nous reviendra une seconde fois avec un tout autre projet mettant à l'honneur le Groupe Acrobatique de Tanger, découvert par le public du Grand Théâtre, en 2010, dans Chouf Ouchouf du grandiose duo Zimmermann & de Perrot.

» Tantôt fils de marionnettes, fils d’acier ou encore forêt de lianes, le décor s’anime par de fascinants jeux d’optique. La lumière, tout comme l’ombre, devient mouvement, plan, volume. […] [Kaori Ito] danse son rapport au monde et à l’art avec pour seule partition le bruit de ses pas, les pulsations, les souffles, les silences…Plexus se joue dans un espace très contraint, strié d’empêchements, où s’inscrit la trame d’un portrait bouleversant. Il touche à ce qu’il y a de plus profond sans sacrifier au sentiment. Luxemburger Wort

» Que font-ils donc de si rare, Aurélien Bory et Kaori Ito? Ils s'accordent comme le peintre et son modèle. [...] Davantage qu'un visage, Kaori Ito est ici un paysage, fût-il intérieur. Ou mieux, une architecture... Plexus touche à ce qu'il y a de plus profond sans sacrifier au sentiment. Le Temps

» Plexus va marquer l'histoire de la création visuelle. Et surtout Plexus, organique et viscérale, va marquer au fer rouge le spectateur. Aurélien Bory et Kaori Ito touchent la grâce. Un moment suspendu. [...] Sublime, simplement sublime. Ouest-France

[EN] Director Aurélien Bory explains the origin of the title of his new piece, created especially for dancer Kaoro Ito as follows: Derived from the Latin word meaning intertwining, Plexus describes the network of vessels and nerves that make up the inner mechanics of the muscle. However, Bory is adamant that although the piece is intended to portray Ito's body, "I'm not interested in an anatomical study, but in the memory of a body substantially shaped by dance".

He wants to explore how dance has shaped, sculpted, and expanded or crippled Ito's inner space, to examine the dialogue between the dancer's inner world and the outside world. "Isn't this dialogue one of the quintessential features of the universal human experience?" he asks.

Bory uses music by Joan Cambon and lighting design by Arno Veyrat for this work. While he was in charge of the concept and staging, Kaoro Ito created her own choreography. "The result is a stunning piece that", says Alexandre Demidoff in Le Temps, "succeeds in giving physical quality to that which usually escapes the audience - the thousands of currents that shape the persona on stage".

[DIS]

Avec Kaori Ito
Conception, scénographie & mise en scène
Aurélien Bory
Chorégraphie Kaori Ito
Composition musicale Joan Cambon
Création lumière Arno Veyrat
Plateau & manipulation Tristan Baudoin, François Saintemarie
Sonorisation Stéphane Ley
Costumes Sylvie Marcucci
Recherche & adaptation Taïcir Fadel
Construction décor Pierre Gosselin
Machinerie Marc Bizet
Régie générale Arno Veyrat
Production, administration, diffusion Florence Meurisse, Christelle Lordonné, Marie Reculon

Production Compagnie 111 - Aurélien Bory
Coproduction Le Grand T - scène conventionnée Loire-Atlantique (Nantes), Théâtre Vidy-Lausanne, Théâtre de la Ville (Paris), Le Parvis - scène nationale (Tarbes-Pyrénées), Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, La Coursive - scène nationale (La Rochelle), Agora - Pôle national des arts du cirque (Boulazac)

Répétitions et Résidences: Le Grand T - scène conventionnée Loire-Atlantique / Nantes, Théâtre Garonne - scène européenne / Toulouse, Théâtre Vidy / Lausanne (Suisse).

Avec l'aide de L'Usine, lieu conventionné arts de la rue / Tournefeuille La Compagnie 111 - Aurélien Bory reçoit les soutiens de Ministère de la culture et de la communication - Direction Régionale des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées, Région Midi-Pyrénées, Ville de Toulouse, Fondation BNP Paribas.

La Compagnie 111 - Aurélien Bory est artiste associé au Grand T - scène conventionnée Loire-Atlantique/Nantes.

 

Mardi 5 NOVEMBRE 2013 à 20h00 (tickets)
Mercredi 6 NOVEMBRE 2013 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 1h00 (pas d'entracte)

Adultes 20 € / Jeunes 8 €

Lieu: Grand Théâtre / Studio

Danse le cadre de

 

Luxembourg Festival

[TICKETS]2013-11-05 20:00:00 15585+2013-11-06 20:00:00 15586