#40 UN JOUR

Un projet de Massimo Furlan // Numero23Prod. (CH)
En français

Massimo Furlan est l’un des cinq lauréats du Prix Suisse du Théâtre 2014.  

[FR] Après 1973 et Giacomo, Massimo Furlan nous revient. Un Jour est d’abord né de conversations avec Jane Birkin, à parler de la maladie et de la mort, de la proximité avec ceux qui sont partis, mais qui affirment leur présence dans des archives, des lettres, des dessins, des photos, des chansons, des films, des objets. Ces conversations, poursuivies avec des comédiens et des spécialistes en sciences humaines, ont alors approfondi la question des morts et de leur retour sous différentes formes,  dans le passé, mais aussi dans notre monde contemporain, et dans d’autres cultures.

De grandes lignes sont apparues: La ligne de la relation à l’autre, qu’il soit vivant ou mort, une relation construite par le biais du geste, du regard, de l’adresse, de la prière parfois, du chant ou de la lamentation. La ligne de la peur du corps sans vie, du cadavre.

La ligne des larmes, jaillissant sur le visage, expression du cœur, de l’intériorité. Se souvenir d’un mort, c’est se souvenir avant tout de son visage, lieu de l’expression de l’amour. Le portrait photographique, le portrait peint, sont essentiels au souvenir, à la mémoire.

La ligne du rêve et des apparitions: le mort vient visiter ses proches et cherche à maintenir les liens par l’intermédiaire du rêve. Dans cette réalité onirique, il est à la fois là et pas là.

Le Moyen Âge, entre l’Enfer des damnés et le Paradis des âmes pures, invente un espace intermédiaire, le Purgatoire. C’est de là que les revenants viennent donner de leurs nouvelles aux vivants. Dans l’espace scénique du spectacle, six personnages. Ils n’ont pas de noms, pas d’histoire propre: ils incarnent des mouvements de l’âme, des accords et des désaccords, des unions et des séparations.

» Mise en scène simple mais particulièrement éloquente de l’imaginatif et bien philosophique Massimo Furlan, faisant sentir, à fleur de peau et au fond de l’âme, le fatidique conditionnement de l’homme face à son pesant impénétrable destin. […] Soirée mémorable, sortant carrément par son courage, son écriture et son originalité de l’ordinaire habituel. Tageblatt

» Dans Un jour, [Massimo Furlan]  fait de la mort un processus et s’amuse à représenter l’espace inconnu occupé par les esprits. Le tout prend un aspect à la fois terrifiant et poétique. L’horreur que peut inspirer la mort est transmise avec brio par les comédiens, qui font de leur corps un simple assemblage de chairs possédées. Les spasmes qu’ils miment traduisent tant la souffrance du mourant que celle de l’endeuillé. L’Atelier critique

» De décalage en décalage, [Massimo Furlan] ouvre un espace théorique et imaginaire, et questionne les événements qui fondent notre imaginaire collectif. Charlie Hebdo

» Extrêmement esthétique, fignolé jusque dans le moindre détail, le spectacle est époustouflant de beauté, les effets minimaux mais d’une efficacité redoutable. Souvent, on reste juste bouche bée devant la géniale simplicité, comme devant la symbolique de la mort, inéluctable. D’Lëtzebuerger Land à propos de Giacomo

» [Massimo Furlan] met en scène le décalage, sur tous les plans et dans tous les domaines, avec une inventivité rafraîchissante, exempte de l’intellectualisme bavard et du snobisme orgueilleux dont il renvoie l’image, à peine déformée [...] Le Quotidien à propos de 1973

[DIS]

Avec Anne Delahaye, Diane Decker, Pierre-Olivier Dittmar, Massimo Furlan, Sun-Hye Hur, Gianfranco Poddighe, Stéphane Vecchione

Mise en scène et scénographie Massimo Furlan
Dramaturgie Claire de Ribaupierre
Assistant à la mise en scène Laurent Gachoud
Création et régie lumière Antoine Friderici
Création musique Stéphane Vecchione
Création vidéo Bastien Genoux
Régie son et vidéo Philippe de Rham
Construction Décors Ateliers Théâtre Vidy-Lausanne / Ingo Groher 
Régie plateau Hervé Jabveneau
Costumes Séverine Besson
Maquillages Julie Monot
Stagiaires Claire Vionnet, Fonds National pour la Recherche et Pascale Renard, Diplôme des Métiers d’Art
Administration Claudine Geneletti
Diffusion Auérlie Martin

Remerciements Marc Augé, Jane Birkin, Vinciane Despret, Daniel Fabre, Serge Margel

Production Numéro23Prod.
Soutiens Ville de Lausanne, Pro Helvetia – Fondation suisse pour la Culture, Etat de Vaud, Loterie Romande, Fondation Ernst Goehner Coproduction Théâtre de Vidy, Lausanne, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

Création du 1er au 12 octobre 2014 au Théâtre de Vidy, Lausanne (Ch)

Remerciements Marc Augé, Jane Birkin, Vinciane Despret, Daniel Fabre, Serge Margel

 

Mercredi 12 NOVEMBRE 2014 à 20h00 (tickets)
Jeudi 13 NOVEMBRE 2014 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 1h10 (pas d'entracte)

Adultes 20€ / Jeunes 8€

Lieu: Grand Théâtre / Studio

[TICKETS]2014-11-12 20:00:00 17732+2014-11-13 20:00:00 17733