#43 SIX PERSONNAGES EN QUÊTE D'AUTEUR

Luigi Pirandello
Nouvelle traduction de François Regnault
Recréation 2014
En français

À l'issue de la représentation du 12 décembre, l'équipe artistique de la pièce donne rendez-vous à son public pour une rencontre.

[FR] Une répétition en cours sur un plateau de théâtre. Soudain, un groupe d’individus fait irruption, une famille: le Père, la Mère, la Fille, le Fils et deux jeunes Enfants. Ils sont, disent-ils, des personnages en quête d’un auteur... La pièce de Pirandello peut exprimer toute sa puissance, sa force énorme, parce qu’elle contient un mystère  qui est la contamination du monde visible par le monde invisible, «un monde surréel». Le théâtre se trouve alors envahi par ce qui lui est essentiel, son propre cœur, sa sève: les personnages! Des personnages qui ne sont pas seulement en quête d’auteur, mais de la totalité du théâtre. Tout le théâtre doit se mettre à leur service, va être vampirisé par leur existence, par leur inachèvement, par leur drame violent qui n’est même pas consommé. Ce drame qu’il faut «répéter» pour le faire advenir. La richesse de ces imbrications suscite le vertige et ouvre une réflexion sur la création théâtrale dans ses tenants et ses aboutissants les plus intimes. Le monde du théâtre devient comme le lieu de la fabrication de tous les possibles: de l’inceste à peine déguisé à la mort violente des innocents. La famille des personnages se situe dans le futur par rapport à des acteurs qui sont dans le présent, qui fonctionnent comme un chœur au présent. C’est l’occasion ou jamais de chercher à dépasser les limites du théâtre, non en les niant, mais en les portant à des conséquences paradoxales. De faire un rêve moderne: un rideau tombe, palpite comme une chose vivante, se fige dans l’immobilité absolue; un drap devient maison ou théâtre. Un ring mobile, un échafaud, un radeau, où chacun se retrouve, comme dit le Père, «enchaîné et cloué pour l’éternité».

» Emmanuel Demarcy-Mota est-il visité par la grâce? D’emblée tout frémit, tout conspire, tout semble neuf, vivant. Demarcy a le don d’embellir tout ce qu’il touche, il rend à Pirandello sa fureur, son mystère. Si l’on est ému jusqu’aux larmes (de vraies larmes s’il vous plaît), c’est que soudain  on découvre une œuvre magnifique. Merci jeune homme! Le Figaro

» Emmanuel Demarcy-Mota magnifie toute la magie du plateau pour en montrer aussi les abîmes assassins. Envoûtant et inquiétant. Télérama

» Intime. La grande réussite de la mise en scène par Emmanuel Demarcy-Mota de Six personnages en quête d’auteur tient précisément à cela: il en émane l’étrange lueur imaginée par Pirandello, et toute la représentation semble nimbée d’un halo fantastique qui maintient les spectateurs dans un état de rêve éveillé. [...] En adepte de la ligne claire, Emmanuel Demarcy-Mota choisit de donner à entendre l’histoire le plus simplement possible, et laisse ses acteurs la jouer en famille, tels des compagnons de voyage embarqués pour une destination inconnue. Ce faisant, il travaille moins en profondeur qu’en harmonie, en phase avec une poésie dont le charme tient à l’évanescence, à l’«inconsistance de rêve» dont parlait Pirandello. Libération

» Emmanuel Demarcy-Mota, ce jeune et brillant metteur en scène, semble avoir le théâtre pour langue maternelle et des accès directs aux codes de la belle ouvrage. Hugues Quester est un phénomène de père et un phénomène d’acteur. Il bataille en direct. Un instant il est blême, suspendu, exprimant une sueur glacée, avant qu’une fièvre soudaine n’emporte sa phrase au loin. On ne sait jamais quelle note sera la suivante. Son intensité. Mais elle tapera dans le mille qu’il vient d’inventer. Le Monde

[DIS]

Mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota
Assistant à la mise en scène Christophe Lemaire
Scénographie & lumières Yves Collet
Musique Jefferson Lembeye
Costumes Corinne Baudelot
Assistée de Anne Yarmola, Elisabeth Cerqueira, Melisa Leoni
Maquillage Catherine Nicolas
Construction Décor espace et compagnie

Avec
Le père
Hugues Quester
La belle-fille Valérie Dashwood
La mère Sarah Karbasnikoff
Le fils Stéphane Krähenbühl
L’adolescent Walter N'Guyen
La petite fille Leelou Laridan
Mme Pace Céline Carrère

Le directeur Alain Libolt
Les acteurs Charles-Roger Bour Sandra Faure, Olivier Le Borgne, Gaëlle Guillou
Le régisseur Gérald Maillet
Le machiniste Pascal Vuillemot
L’assistant/souffleur Jauris Casanova

Production Théâtre de la Ville (Paris)
Coproduction Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

 

Vendredi 12 DÉCEMBRE 2014 à 20h00 (tickets)
Samedi 13 DÉCEMBRE 2014 à 20h00 (tickets)

DURÉE 1h50 (pas d’entracte)

Adultes 25€, 20€, 15€ / Jeunes 8€

Lieu: Grand Théâtre / Grande Salle réduite

[TICKETS]2014-12-12 20:00:00 17750+2014-12-13 20:00:00 17751