Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#37 DE LA DÉMOCRATIE

LIBREMENT INSPIRÉ DE DE LA DÉMOCRATIE
EN AMÉRIQUE D’ALEXIS DE TOCQUEVILLE
En français

[FR] Jamais dans l’histoire, la démocratie n’a été aussi répandue qu’aujourd’hui. Dans le même temps, les sociétés démocratiques européennes traversent une crise existentielle.

En 1831, Alexis de Tocqueville, observant les progrès de la démocratie en Europe, partit aux États-Unis découvrir le fonctionnement de leur société et de leurs institutions. Un livre en naquit: De la démocratie en Amérique.

Ce texte clairvoyant n’est ni un plaidoyer pour la démocratie ni un réquisitoire. Profondément humain, traversé d’hésitations, de contradictions parfois, il appuie là où ça nous fait mal.

Sur la scène, cinq acteurs, confrontés à une interpellation: comment représenter théâtralement la démocratie? Pour y répondre, ils ont choisi de prendre la pensée de Tocqueville comme guide, ils se sont fixé une règle: tout leur travail de conception et de concrétisation obéira à un mode de fonctionnement le plus démocratique possible. Une règle qui deviendra critère d’évaluation des relations entre tous les intervenants: acteurs, metteur en scène, techniciens et… spectateurs.

La boucle est bouclée: cinq acteurs travaillent en direct à la fabrication d’un spectacle sur la démocratie à partir de textes qui en retour influencent le déroulement de leur travail.

» Laurent Gutmann a adapté lui-même le texte de Machiavel au temps présent. Et sa version est intelligente et perspicace, contemporaine et politique à la fois. Lëtzebuerger Land, Josée Hansen à propos du Prince

» ... un spectacle d’une élégance exemplaire, soutenu par un jeu d’acteurs dynamiques, parfaitement bien dans la peau de leurs personnages. Tageblatt, Claude Wolff à propos du Prince

» Laurent Gutmann, comme il l’avait réussi déjà avec son adaptation du Prince de Machiavel, nous libérant de ces chemins tous tracés, de ces images toutes faites qui nous conditionnent, nous offre un accès à la fois souriant et inquiété a l’essentiel d’un propos. […] Il ne donne pas de réponse, il fait naître en nous des questions auxquelles chacun – et c’est cela qui est important – est invité à réagir... Luxemburger Wort, Stéphane Gilbart à propos de Victor F

[DIS]

Avec Stephen Butel, Jade Collinet, Habib Dembélé, Reina Kakudate, Raoul Schlechter

Écriture & mise en scène Laurent Gutmann
Scénographie Marion Savary & Adrienne Romeuf
Son Madame Miniature
Costumes Axel Aust
Lumières Yann Loric

Création au Granit – scène nationale de Belfort les 30, 31 mai et 1er juin 2017

Production La Dissipation des brumes matinales
Coproduction Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Le Granit – scène nationale de Belfort, La Passerelle, Scène nationale de St-Brieuc
Avec le soutien de la DGCA-ministère de la culture et de la communication
et la participation artistique de l’ENSATT et du Jeune théâtre national

Mercredi 27 SEPTEMBRE 2017 à 20h00 (tickets)
Jeudi 28 SEPTEMBRE 2017 à 20h00 (tickets)
Mardi 3 OCTOBRE 2017 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 2h00 (pas d'entracte)

Introduction à la pièce par Madame Betty Belais une demi-heure avant chaque représentation (en français)

Adultes 20 €, 15 €, 8 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu

Lieu: Théâtre des Capucins

[TICKETS]2017-09-27 20:00:00 23571+2017-09-28 20:00:00 23572+2017-10-03 20:00:00 23573