#38 UN ENNEMI DU PEUPLE

Henrik Ibsen

[FR] Après John Gabriel Borkman, Gespenster et Peer Gynt, les Théâtres de la Ville continuent leur exploration de l’œuvre d’Henrik Ibsen avec cette fois Un ennemi du peuple et ses affrontements aux accents contemporains non sollicités.

Tout commence très bien: Peter Stockmann, le préfet, administre l’établissement de bains qui fait la richesse de la ville; son frère Tomas, le médecin, est l’un de ses principaux employés et le garant de la qualité des soins offerts aux curistes. En apparence, ils s’accordent donc sur l’essentiel. Pourtant, tout les oppose, et il suffit d’une étincelle pour qu’explose leur rivalité, lorsque Tomas découvre que les eaux de l’établissement sont contaminées... L’affrontement fratricide s’étend aux dimensions de la cité. Croira-t-on le lanceur d’alerte, qui pousse le souci de vérité jusqu’à risquer la mort sociale? Comment arbitrer entre les exigences de la vérité et les impératifs de l’économie?

Avec Un ennemi du peuple, le metteur en scène Jean-François Sivadier aborde pour la première fois l’univers d’Ibsen.

» En s’emparant de l’œuvre rageuse d’Ibsen, le metteur en scène fait mouche. Grâce à une lecture toute en ambivalence, il dresse le portrait d’une époque, la nôtre, en proie à des vents contraires qui menacent de la faire chavirer. [...] En même temps que la vie de l’ennemi du peuple, Sivadier déconstruit et abolit tout son environnement, y compris scéniquement, sous le regard du public pris à témoin. Celui qui s’était cru soutenu par la «masse compacte» la voue désormais à l’extermination. Derrière lui, peut aussi bien se cacher un lanceur d’alerte éclairé, un dangereux populiste, qu’un pourfendeur d’une tyrannie de la majorité abêtie. En face, ses adversaires déploient des trésors de mesquinerie. Qu’ils soient représentant de l’État, défenseur modéré des petits propriétaires ou simple journaliste, tous roulent pour des chapelles privées, loin, très loin, de l’intérêt collectif. Grâce à la subtilité de Sivadier, chacun pourra y reconnaître les amis ou ennemis qu’il souhaite. www.sceneweb.fr, Vincent Bouquet

[DIS]

Avec Sharif Andoura, Cyril Bothorel, Nicolas Bouchaud, Cyprien Colombo, Vincent Guédon, Éric Guérin, Jeanne Lepers, Nadia Vonderheyden
et la participation de Valérie de Champchesnel, Julien Le Moal & Christian Tirole

Mise en scène Jean-François Sivadier
Traduction Éloi Recoing
Collaboration artistique Nicolas Bouchaud, Véronique Timsit
Scénographie Christian Tirole, Jean-François Sivadier
Lumières Philippe Berthomé, Jean-Jacques Beaudouin
Costumes Virginie Gervaise
Son Ève-Anne Joalland
Accessoires Julien Le Moal
Maquillage Noï Karuna
Régisseuse habilleuse Valérie de Champchesnel
Électricien poursuiteur Karim Abed
Assistants à la mise en scène Véronique Timsit, Rachid Zanouda
Régie générale Dominique Brillault, Bernardo de Almeida

Production déléguée Cie Italienne avec Orchestre
Coproduction MC2: Grenoble; Odéon-Théâtre de l’Europe; Théâtre National de Strasbourg; Les Théâtres de la Ville de Luxembourg; Théâtre de Caen; Le Quai-CDN Angers Pays de la Loire; La Criée – Théâtre National de Marseille; Théâtre Firmin Gémier / La Piscine

La nouvelle traduction d’Un ennemi du peuple commandée à Éloi Recoing par la compagnie est éditée chez Actes Sud-Papiers.

Remerciements aux éditions Fario de nous avoir donné la permission d’utiliser des passages de l’ouvrage de Günther Anders, La Violence: oui ou non (2014).

Mercredi 15 JANVIER 2020 à 20h00 (tickets)
Jeudi 16 JANVIER 2020 à 20h00 (tickets)

DURÉE 2h35 (pas d'entracte)

Adultes 25 €, 20 €, 15 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu

Lieu: Grand Théâtre / Grande Salle

[TICKETS]2020-01-15 20:00:00 27398+2020-01-16 20:00:00 27399